Journaliste, c’est un métier

Figurez vous que je découvre à quelques heures de la rentrée qu’il existe « Un vocabulaire spécialement créé pour la réforme  [et qui] accompagne sa mise en place, comme pour tenter la faire avaler par des professeurs parfois sidérés… »
C’est le sous-titre d’un article paru aujourd’hui sur le site du Point, sous la plume d’une journaliste qui a visiblement écopé du thème de l’éducation. Elle s’appelle Louise.

J’ai lu son article. Avec difficulté parce que mon pacemaker a eu du mal à suivre.
J’ai fini en PLS.

Je ne sais pas si tu me liras, Louise, mais je crois que tu devrais demander à ton rédac’ chef de te changer de service. Je sais pas moi, demande la rubrique mode ou cinéma, ou sport, ou politique étrangère. Mais s’il te plaît, Louise, n’écris plus rien sur l’éducation. Tu te fais du mal. Tu nous fais mal en fait, de te voir à ce point méconnaître le sujet. J’ai honte pour toi. Et t’as l’air d’une fille sympa, j’ai pas envie d’avoir honte à ce point pour quelqu’un qui a l’air sympa.

Alors oui, je suis sidérée….

… Sidérée que tu n’aies pas compris que le terme de « pédagogisme » était une invention de tes copains Brighelli et Polony. Purée, Louise, même Wikipédia le sait ! Je cite « Pédagogisme est un terme utilisé le plus souvent de façon péjorative pour désigner un ensemble de méthodes d’enseignement scolaire qui s’appuient sur les conceptions du constructivisme (…). »
Mais comme tu as entendu ce mot, que tu l’as lu dans les pages de ton canard, tu t’es même pas un instant posé la question et tu nous balances ça, comme ça.
Comme si le ministère allait employer un terme injurieux envers ce que lui même promeut.
Sur ce coup là, tu m’as vraiment fait de la peine.

Bref, ce mot là n’est pas dans la réforme.

…. Sidérée que tu penses sincèrement que les innovations pédagogiques soient des obligations dues à la réforme. Les innovations, c’est le fait des enseignants. C’est des trucs du terrain. Et personne n’oblige personne à innover. D’ailleurs, les trucs « innovants » datent au mieux des années 60, au pire de la Belle Époque. Si je te dis des noms comme Montessori, Freinet, Piaget, Vygotsky… Ca t’évoque un truc ? Non ? C’est dommage.

Bref, l’innovation n’est pas dans la réforme.

… Sidérée que tu ne saches pas que les évaluations diagnostiques c’est vieux comme Hérode. Ça te choque visiblement qu’on vérifie d’abord si les élèves ont compris les concepts de base avant de passer à la suite.

Bref, c’est pas dans la réforme.

… Sidérée que tu penses qu’avec la réforme, tous les collègues vont devoir travailler en îlots. Tu sais ce que ça veut dire « travailler en îlots » ? Non, visiblement à la lecture de ce que tu écris. Parce que ça demande un peu (beaucoup) plus de travail d’organisation que ce que tu décris. Et je suis absolument désolée de devoir te contredire, mais mes élèves qui travaillent en îlots depuis plusieurs année maintenant, et ben ! ils travaillent. Je sais pas quels profs tu as eu mais ça avait l’air d’être un sacré bordel dans tes classes de collège.

Bref, c’est pas dans la réforme.

Comme je suis de bonne humeur (le secouriste qui m’a relevée de ma PLS était plutôt mignon), je te fais grâce du mépris que tu portes aux « collégiens lambda ».

… Sidérée de ce que tu racontes à propos des Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI) et de l’Accompagnement Personnalisé (AP). Non, on ne va pas « colorer » nos cours (et qu’est ce que la Dotation Horaire Globale (DHG) vient faire là-dedans, on ne sait pas. La DHG, c’est pas nouveau) avec de l’AP et des EPI. On va faire des projets interdisciplinaires, comme les profs de LP savent le faire depuis des siècles. On ne va pas « instiller de l’AP partout ». (D’abord c’est sale d’instiller partout, c’est qui qui fait le ménage, hein ?) On va différencier dans nos cours, en enseignant nos programmes…. Et c’est pas forcément inscrit dans nos emplois du temps l’AP et les EPI. Et c’est pas organisé à raison d’une heure par semaine dans tous les cours. T’as vraiment rien compris en fait. 3 heures d’AP par semaine en 6e, 1 ou 2 heures par semaine en 5e, 4e et 3e pour l’AP ; 1 ou 2 h par semaine en 5e, 4e et 3e pour les EPI.

Bref, tu sais pas en quoi consiste la réforme.

Donc, pour conclure, ma pauvre Louise : ou c’est Brighelli qui t’écrit tes articles (et c’est moche), ou bien t’étais à l’apéro avec des potes quand t’as pondu ce truc. Ton rédac’chef t’as appelé en urgence « Il me faut 3,000 signes pour dans deux heures » et vous avez déliré en sirotant des mojitos.

Parce que l’École tu n’y connais rien.

Comme je suis sympa, si tu veux, tu viens dans ma classe quand tu veux et je t’explique tous les mots que tu comprends pas. Ça roule ?

Pour ceux qui voudraient se faire du mal : l’article d’origine est là.

Publicités