Le ridicule tue de moins en moins.

Et c’est bien heureux pour cette charmante jeune femme dont vous comprendrez que le nom m’échappe.Dans un « communiqué » (c’est comme ça que ça s’appelle quand on raconte n’importe quoi pour que ça fasse l’ouverture du 20h) cette « conseillère politique » (oui, c’est comme ça aussi que ça s’appelle mais moi je crois que je préférerais devenir archevêque plutôt que de lui demander de me conseiller) s’insurge conte la disparition « des dizaines d’heures d’apprentissage de l’histoire » en 3e et en Terminale et de « suppression également de toute référence au Général de Gaulle dans l’enseignement de la Seconde Guerre Mondiale ».

Quand on est conseillère, Madame, on se renseigne avant d’écrire des conneries.
1. L’allègement des programmes (revendiqué par la plupart des enseignants d’histoire géographie) est certes un peu tardif et précipité mais ils n’est pas encore acté car pas encore voté par Conseil Supérieur de l’Éducation.2. Un programme d’enseignement n’a rien à voir avec un emploi du temps : des chapitres en moins n’allègent pas les horaires.
3. Le Général apparait bien dans le chapitre « Effondrement et refondation républicaine (1940-1946), par exemple en 3ème…

Bref, encore une conseillère politique qui aurait du choisir un autre métier… chiropracteur de zèbre  par exemple ? ?

Publicités